Dépistage de masse en Auvergne-Rhône-Alpes : les infirmiers libéraux sur le qui-vive

Plusieurs campagnes de dépistage de masse du Covid-19 sont prévues dans les prochaines semaines en Auvergne-Rhône-Alpes. Des dispositifs de prévention inédits dont les infirmiers libéraux, dans l’ombre depuis le début de l’épidémie, seront cette fois la pierre angulaire.

Région la plus impactée par l’épidémie de coronavirus en France, Auvergne-Rhône-Alpes va être le théâtre de campagnes de dépistage d’une ampleur inédite. Laurent Wauquiez, le président de la Région, a annoncé son intention de tester plus d’un million d’habitants avant Noël. De son côté, l’Agence Régionale de Santé a commandé plus de 550 000 tests antigéniques pour traquer le virus et réduire la tension avant les fêtes dans les services hospitaliers. De grandes manœuvres dont les infirmiers libéraux seront les principaux artisans, à l’instar d’autres opérations de dépistage menées
depuis le printemps dernier.
Beaucoup moins médiatisée que les initiatives des pharmaciens, l’action des infirmiers libéraux sera cette fois mise en évidence. Car toutes ces campagnes de dépistage massif ne pourront être couronnées de succès sans leur mobilisation dans les douze départements d’AuRA.

« Nous sommes prêts, assure Lucien Baraza, président de l’URPS Infirmiers Libéraux Auvergne-Rhône-Alpes. En première ligne depuis le début de l’épidémie, nous allons gagner cette nouvelle bataille en menant de front la réalisation des futurs tests de dépistage avec la gestion des soins traditionnels et le suivi des patients Covid… enfin, si on a les EPI (Équipement de Protection Individuel) suffisants ! ».

Depuis le début de la pandémie, les infirmiers libéraux constituaient déjà un maillon essentiel dans la lutte contre la propagation du virus, tant en matière de dépistage dans les « drives » mis en place avec les laboratoires que chez les particuliers. Cette fois, le défi est encore plus relevé puisqu’il faudra tester plusieurs centaines de milliers de personnes en quelques jours.
« Laurent Wauquiez a confirmé que les infirmiers libéraux seraient les premiers concernés par cette campagne de dépistage massive prévue entre le 16 et le 23 décembre », confie Lucien Baraza.

Une décision logique compte tenu de l’expertise et de l’abnégation des infirmiers libéraux depuis le printemps dernier.
« D’une part, les prélèvements constituent le coeur de notre métier. D’autre part, nous sommes mobilisés 7 jours/7, à la différence d’autres professionnels de santé concernés par le dispositif. Enfin, nous serons capables de réaliser les tests dans nos cabinets ou en dehors, comme pour tout soin à domicile », explique Philippe Rey, vice-président de l’URPS.
Autre argument mis en avant, la possibilité de réaliser immédiatement un test PCR chez le patient symptomatique avec un test antigénique négatif ou de moindre doute sur le résultat du test antigénique. Un point important, alors que des questions subsistent sur la fiabilité de ces tests pris en charge à 100% par l’Assurance Maladie, prioritairement réservés jusqu’alors aux personnes symptomatiques.

Quant au dernier argument, il tient à la nature même de l’exercice de la profession. « L’infirmier libéral est le seul professionnel de santé à se rendre au domicile des patients et à être au contact des familles au quotidien », rappelle Catherine Jamet, trésorière adjointe de l’URPS.

Cette nouvelle mission assignée aux infirmiers libéraux constitue aussi une juste reconnaissance de leur travail accompli, souvent dans l’ombre, pour faire face à une crise sanitaire sans précédent. Une détermination illustrée par le lancement d’un Service Infirmiers d’Orientation (SIO), dans la Loire, sous l’impulsion de Louise Ruiz, secrétaire générale adjointe de l’URPS. Cette cellule de coordination des interventions des infirmiers libéraux, notamment auprès des personnes les plus dépendantes, a permis de réguler les soins au plus fort de l’épidémie. Une expérimentation suffisamment probante pour être étendue à l’Auvergne et sur l’arc alpin. En attendant une possible déclinaison au niveau national.

A SAVOIR
L’Union Régionale des Professionnels de Santé Infirmiers Libéraux Auvergne-Rhône-Alpes représente et accompagne les 13 500 infirmiers libéraux répartis sur douze départements de la région. urps-inf-aura.fr

 

Contact presse :Anne-Sophie Negroni: 06 60 54 49 47 – anne-sophie@negroni-associes.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.