Chaque année, la grippe saisonnière fait de trop nombreuses victimes. Près de 13.000 décès sont liés à la grippe saisonnière de l’hiver 2017/2018. Celle-ci avait démarré début décembre, en Île-de-France, pour se propager pendant 16 semaines, sans épargner aucune région de métropole.

Malheureusement, l’hiver dernier a marqué une nette augmentation du taux d’hospitalisation enregistré depuis l’hiver 2009/2010. Avec 20 % de jeunes enfants (moins de 5 ans) et 53 % de patients âgés de plus de 65 ans, la grippe confirme son impact sur les personnes plus fragiles.

Outre les conseils de précaution et les campagnes médiatiques des services de santé, le constat reste le même. La grippe saisonnière fait encore de nombreuses victimes. La couverture vaccinale des Français demeure insuffisante.

 

Une couverture vaccinale qui stagne à 50 %

La vaccination contre la grippe saisonnière

La réalité est bien loin des ambitieux objectifs de santé publique qui aimeraient que 75 % des personnes à risque* soient vaccinées contre la grippe saisonnière.

 

Une expérimentation pour améliorer la couverture vaccinale

Depuis 2017, à titre expérimental et pendant 3 ans, les pharmaciens d’officine volontaires sont autorisés à vacciner les adultes, contre la grippe saisonnière. Ce test se déroule sur les régions Auvergne Rhône-Alpes, Nouvelle-Aquitaine, rejointes par Hauts-de-France et Occitanie, pour la campagne 2018/2019.

L’expérimentation a pour but de voir s’il est possible de développer la couverture vaccinale tout en maîtrisant la formation, la rémunération des intervenants et la traçabilité.

Les autorités de santé souhaitent notamment pouvoir retrouver facilement des patients en cas de lots de vaccins défectueux.

 

La mobilisation des infirmiers en Auvergne Rhône-Alpes

Bien décidés à défendre leur métier, les infirmiers d’Auvergne Rhône-Alpes, par l’intermédiaire de son URPS, s’inquiètent de la dérive possible d’un tel système. Si les patients habituellement vaccinés par leur infirmier libéral demandent à l’être par un pharmacien, n’assiste-t-on pas à un déplacement de la rémunération au détriment des infirmiers libéraux ?

La formation, les compétences, la présence des infirmiers libéraux sur le territoire en font de réels acteurs de prévention de proximité. Ces professionnels aguerris entendent bien se battre contre la banalisation des actes médicaux.

 

* Recommandation vaccinale pour les personnes de plus de 65 ans, personnes atteintes de pathologies chroniques, entourage nourrisson, professionnel de santé

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.