La plombémie, plus communément appelée Saturnisme, résulte de l’ingestion ou de l’inhalation de plomb. La peinture contenant du sel de plomb a été très utilisée jusqu’en 1948. Cette maladie est grave et peut entraîner un handicap à vie. Transmissible de la mère à l’enfant, les fillettes intoxiquées gardent un taux très élevé plus de 20 ans après leur exposition au plomb. Le risque de contamination touche essentiellement des personnes vivant dans des logements insalubres où la peinture s’écaille. Les habitants inhalent des poussières en suspension, au contact des aliments.

Les risques d’exposition et de contamination au plomb

Au-delà des peintures écaillées sur les murs, les boiseries et les ferronneries, l’exposition au plomb peut se produire sous les formes suivantes :

  • Eau du robinet : contaminée par des canalisations, des soudures au plomb
  • Sites industriels : pollution de l’air, des sols, poussières ou particules
  • Cosmétiques traditionnels contenant du khôl, kajal, ainsi que certains rouges à lèvres, etc.
  • Vaisselle en céramique artisanale, alliage métallique, cristal, étain
  • Tabac
  • Jouets, figurines peintes ou émaillées
  • Loisirs autour du ferraillage

Depuis août 2008, les contrats de location et les actes de vente de logement doivent être accompagnés d’un diagnostic de risque d’exposition au plomb. Les propriétaires sont tenus de réaliser les travaux de rénovation en traitant les surfaces contaminées. En attendant, il est important de réduire l’humidité qui altère davantage les murs, d’aérer les pièces et d’éviter le soulèvement de poussières (balai, aspirateur) en privilégiant le nettoyage des sols avec un linge humide.

Les conséquences du saturnisme infantile

Les conséquences sont proportionnelles au taux présent dans l’organisme. Néanmoins, on note des troubles cognitifs, des difficultés d’attention, une perte auditive, un retard de croissance. Ces troubles sont malheureusement irréversibles. Sans oublier les risques de maladie rénale qui peut se déclarer une fois adulte.

 

Toute détection de plomb supérieure à 50 µg/l dans l’organisme d’un enfant doit faire l’objet d’une déclaration obligatoire à l’ARS par un médecin.

fiche CERFA de signalement  à transmettre au Point Focal Régional

#SATURNISME

+ d’infos sur le site de l’ARS

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.