À ce stade, la stratégie de vaccination contre la grippe saisonnière dans le contexte particulier de COVID-19 reste inchangée. La Haute Autorité de Santé préconise la vaccination des personnes de plus de 65 ans afin de se rapprocher de l’objectif de 75 % fixé par l’OMS. Or, à ce jour, seule la moitié des personnes particulièrement concernées a été vaccinée lors de la précédente campagne.

Améliorer le taux de vaccination chez les professionnels de santé et les personnes à risque

Les services hospitaliers déjà très impactés par la première crise de COVID-19 se préparent à une nouvelle période de tension. Cependant, les complications de la grippe saisonnière pourraient être considérablement réduites avec la vaccination et le respect des gestes barrières mis en place pour l’épidémie de COVID-19.

Il est nécessaire de rappeler que les complications sévères de la grippe saisonnière touchent massivement les plus de 65 ans et les personnes présentant certaines pathologies.

De plus, cette année, ces personnes vont courir le risque d’être exposées à la COVID-19 dont les effets sévères conduisent à l’hospitalisation voire au placement en réanimation. Le risque de co-infection n’est pas négligeable pour les populations fragilisées.

Les patients ne sont pas les seuls dans le viseur de l’HAS. En effet, les professionnels de santé rechignent souvent à se faire vacciner. Bien que convaincus du bien-fondé de la vaccination contre la grippe saisonnière, leur couverture vaccinale antigrippale reste trop faible par rapport aux risques d’exposition et de transmission.

Il est donc recommandé à chaque professionnel de se faire vacciner rapidement pour protéger son entourage et les patients.

Les infirmiers libéraux effectuent les tests PCR

Les infirmiers libéraux sont pleinement mobilisés en matière de prévention et d’éducation thérapeutique. Aussi, il est recommandé à toute personne identifiée comme en contact d’un cas de COVID-19 d’observer une quatorzaine AVANT de se faire vacciner contre la grippe saisonnière, y compris en l’absence d’apparition de symptômes.

Depuis l’arrêté publié au Journal Officiel le 25 juillet 2020, les infirmiers libéraux sont habilités à faire les tests PCR* sans prescription médicale. Les prélèvements nasopharyngés sont ensuite remis aux laboratoires pour analyse.

Jusqu’au 10 janvier 2021, les tests, les actes en ambulatoire, la consultation suite au dépistage positif sont pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie.

 

* PCR pour « réaction en chaîne par polymérase »

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.